Ma visite de Séville

Ma visite de Séville

Cette fois-ci, c’est en Andalousie et plus particulièrement dans la belle Séville que je choisis de poser mon sac le temps de deux petites journées. Chargée d’Histoire, riche en fêtes et traditions, Vibrante, artistique et pétillante, il n’en fallait pas plus pour me séduire.

Séville d’hier à aujourd’hui

Capitale politique, économique et culturelle de l’Andalousie, la ville est née au VIIIème siècle avant JC et est d’abord peuplée de Phéniciens et de Grecs avant de tomber sous les Carthaginois puis les Romains. Au milieu du Vème, Séville est prise par les wisigoths. De nombreuses guerres de pouvoir ont lieu et Hispalis (Séville), alors renommée Spali, est mise à l’écart du Royaume. L’art s’y développe sous l’impulsion des archevêques St Léandre et St Isidore et rayonne dans tout l’occident.

Puis Séville est rapidement prise lors de l’invasion musulmane de 711 et prends un poids très important dans la vie politique d’Al-Andalous (ensemble des terres hispaniques conquises par les musulmans) avant qu’elle ne soit abandonnée pour Cordoue. Les incursions vikings par le Guadalquivir et les guerres pour le pouvoir de la cité amènent les musulmans à reprendre la main sur Séville et a la développer.

Naissent ainsi l’Alcazar, puis la Giralda (minaret de la mosquée) et les fortifications avec l’arrivée des Almohades au XIIème siècle. Ferdinand III reprend enfin Séville lors de la reconquista et après 18 mois de siège, la ville devient alors catholique à nouveau et le commerce s’y développe. Mais l’ensablement du Guadalquivir déporte les activité portuaires sur Cadiz et la ville décline, excepté pour l’art, domaine dans lequel elle excelle grâce à ses écoles de peintures et des peintres célèbres comme Diego Velazquez.

A l’époque moderne, Séville prend une plus grande importance en Europe en 1992 avec l’exposition universelle qui y est organisée.

tourisme seville

Que voir / Que faire à Séville ?

Aujourd’hui, Séville garde un magnifique héritage de son glorieux passé métissé avec des traditions, une gastronomie et une architecture hautes en couleurs. De quoi largement m’occuper pour ces deux journées.

La casa de pilatos

Je commence ma découverte de la belle andalouse par la casa de pilatos. Ce superbe palais a vu le jour entre le XVème et le XVIème alors que la ville connaît un développement important grâce notamment à ses activités portuaires et ses échanges avec le nouveau monde (les Amériques). Un couple de riches aristocrates fait alors bâtir le palais et l’agrandit par acquisitions successives des terrains alentours. On dit aujourd’hui de la casa de pilatos qu c’est, avec l’alcazar, l’un des plus beaux exemples d’architecture andalouse, et à raison !

La casa de pilatos

La Catedral de Santa María de la Sede de Sevilla et la Giralda

Pour moi, Séville c’était surtout la giralda. Ce minaret construit au XIIème siècle était attenant à la grande mosquée almohade. Comme celle-ci fut détruite lors d’un tremblement de terre au XIVème siècle, on décida alors d’en reconstruire une en préservant le minaret toujours debout. L’ensemble deviendra une cathédrale au moment de la reconquista. Si la cathédrale en impose par sa grandeur, c’est surtout ce mélange entre architecture Gothique et Hispano-musulmane qui retient mon attention: De toute beauté !

Catedral Santa Maria

Les archives des Indes

A vrai dire, je ne sais que trop peu de ce bâtiment pour en parler très longuement. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’un bâtiment du XVIème siècle où étaient rassemblées et conservées les archives relatives aux colonisations espagnoles dans le monde depuis 1785. Peut-être aurais-je du prendre le temps de visiter l’endroit ? Vous me le direz lors de votre prochain voyage à Séville !

Le Real Alcazar et ses jardins

Celui-là, impossible pour moi de ne pas m’y arrêter et m’y attarder longuement car c’est un immanquable de Séville ! Il a été construit à partir de 844 et modifié à de nombreuses reprises, notamment par les almohades puis différents rois de Castille comme Alphonse X ou encore Pierre Ier. D’une beauté sans pareil, le palais est depuis sept siècles, et aujourd’hui encore pour les étages, résidence de la famille royale d’Espagne. Enfin, comment ne pas prendre le temps de me promener dans ses magnifiques jardins ? C’est un véritable oasis de verdure, très appréciable lorsqu’il fait chaud, comme souvent en Andalousie.

Real Alcazar

La Plaza de España et le parque Maria Luisa

Après cette balade dans les jardins du Real Alcazar, je me dirige à présent vers la Plaza de España. Cette place et son palais ont été inaugurés en 1929 pour l’exposition ibéro-américaine. Je ne le savais pas lors de ma visite, mais la place en demi-cercle est orientée vers le Guadalquivir et est censée représenter la direction des Amériques via l’Atlantique. Entre chaque arc, on aperçoit des céramiques « azulejos » représentant 48 des 50 provinces espagnoles. La place est traversée par un joli canal, lui-même enjambé par quatre ponts qui si vous les traversez, vous mèneront de l’autre côté, vers le très beau parque Maria Luisa, l’un des plus importants de la ville.

La torre del oro

C’est l’un des vestiges de l’époque almohade de Séville. Cette tour d’observation militaire, initialement partie intégrante des murailles et fortifications de la ville, est située juste à côté du Guadalquivir et a été construite au XIIème siècle, alors que Séville était musulmane, pour contrôler les accès à la ville par le fleuve.

La plaza de toros

Les Arènes de la Real Maestranza de Caballería sont un vrai plaisir pour les yeux ! Moi qui ai vu plusieurs arènes, que ce soit en France ou en Espagne, ce sont certainement les plus belles qui m’aient été données de voir ! C’est ici que sont données les plus importantes corridas et c’est également ici que tous se rassemblent pour la célèbre feria de abril de Séville !

plaza de toros

Pour boire et manger

Et comme on ne fait jamais une vraie visiter sans savourer et déguster la gastronomie locale, voici quelques-uns de mes essais dans les différents bars et restos de la ville, à conseiller !

  • Le tinto de verano : c’est la sangria façon andalouse, très appréciable lorsqu’il fait chaud !
  • La cruz campo : plus qu’une bière, une institution en Andalousie ! Fine et légère, vous l’apprécierez pour vous désaltérer.
  • Le gaspacho : besoin de vous présenter cette fameuse soupe froide ?
  • Le cocido al andaluz : un ragoût de viande et de légumes, très local.
  • Mais encore : Les caracoles (escargots), huevas alinas, le pincho moruno (brochettes), le pescado frito (poisson frit)…

cocido al andaluz

Bonne visite et bon voyage à Séville !

VN:F [1.9.22_1171]

Sorry, comments are closed for this post.